Pratique du cyclisme : conseils pour le choix et l’entretien d’un vélo professionnel

0
2908

En plus de sa forme physique, les performances d’un cycliste professionnel reposent sur plusieurs éléments parmi lesquels la condition de son vélo. Pour que ce dernier s’y sente à l’aise et ait un vélo suffisamment en condition pour lui permettre de faire des courses, il doit savoir le choisir à l’achat et par la suite, savoir l’entretenir. Pour que vous ne vous retrouviez pas dans la situation désagréable d’avoir un vélo qui ne vous sied pas, nous avons recueilli pour vous dans cet article quelques conseils pour vous permettre de faire le bon choix et aussi d’entretenir votre vélo professionnel afin qu’il soit toujours en condition.

Tournez-vous vers un vélociste

Le choix d’un vélo professionnel ne doit pas se faire au hasard ; il faut tenir compte de certains éléments pour pouvoir pratiquer son sport en toute aisance et réaliser de bonnes performances. Si vous ne connaissez pas grand-chose du monde des vélos, c’est de faire recours à un vélociste. Il s’agit d’un spécialiste dont l’une des missions est de donner aux gens des conseils adéquats, pour que ces derniers fassent le choix d’un vélo approprié. Cet expert des questions de vélo peut même vous aider par la suite à rendre votre vélo plus confortable, par le biais de certaines modifications.

Optez pour un vélo à votre taille

Le choix du cadre dépend de plusieurs facteurs. Il y a la taille du cycliste, la longueur de ses bras, de son torse et surtout de son entrejambe. La prise en compte de tous ces facteurs rend le choix du vélo professionnel très complexe.

Si vous avez des doutes entre deux tailles, l’idéal est d’opter pour le cadre le plus petit.

Faire le choix de la mauvaise taille, c’est s’exposer inéluctablement aux blessures, douleurs et autres gènes. À ce niveau, les conseils d’un vélociste sont fondamentaux.

Pour un débutant

Si vous comptez faire du vélo de temps en temps le week-end et sur des distances pas très grandes, il n’est pas nécessaire de vous procurer un vélo professionnel haut de gamme. Les raisons ici sont simples. Tout d’abord, les vélos pour les compétitions sont plutôt raides et pas très confortables pour les débutants. Entre autres désagréments, vous aurez l’impression d’avoir un morceau de bois sous les fesses, ce qui risque de vous dégoûter. Par ailleurs, si vous ne disposez pas d’un garage fermé ou un box, vous risquez de vous le faire dérober, car ce type de vélo attire la convoitise des délinquants.

Opter plutôt pour un vélo d’entrée de gamme. Vous le trouverez à un prix raisonnable et il vous permettra d’avaler plusieurs kilomètres sans gène. Cependant, si vous êtes un débutant qui a pour ambition de s’essayer à la compétition dans un avenir proche, nous vous conseillons alors de choisir un vélo professionnel haut de gamme pour prendre déjà le rythme du monde de la compétition.

Pour un compétiteur

Si par contre vous traînez derrière vous un passé dans le cyclisme, que vous pratiquez de façon régulière sur des distances de 100 km ou plus chaque week-end, vous avez déjà certainement une idée de ce que vous voulez voir dans votre vélo. Quel que soit ce que c’est, vous le trouverez à coup sûr dans des vélos de compétition haut de gamme. Cependant, il faut savoir que le budget prend du volume au fur et à mesure que le vélo s’allège. À présent que vous savez sur quoi vous baser pour choisir l’engin qui vous permettra de pratiquer le cyclisme, vous devez maintenant savoir comment l’entretenir.       

Un vélo bien entretenu a de nombreux avantages pour le cycliste professionnel. On peut citer entre autres sa sécurité, son confort, de même que la longévité de son matériel ainsi que de ses composants. Pour avoir un vélo professionnel qui durera dans le temps et de plus sera efficace lors de vos courses, il y a quelques points de contrôle qu’il faut effectuer régulièrement sur votre vélo. Avant de présenter ces différents points, arrêtons-nous d’abord sur les outils que vous devez absolument avoir pour assurer l’entretien de votre vélo professionnel.

Les outils incontournables pour l’entretien d’un vélo professionnel 

Pour assurer un bon entretien à votre vélo, vous devrez alors vous équiper de certains outils indispensables à cette tâche. Il s’agit :

  • Des clés hexagonales ;
  • Deux démonte-pneus ;
  • Une pince multiprise ;
  • Des tournevis ;
  • Un multi outil.

Les clés hexagonales

Les clés hexagonales sont considérées comme des outils à tout faire, d’où leur caractère indispensable pour l’entretien d’un vélo professionnel. Ces clés sont justement incontournables pour le réglage de nombreuses choses sur votre engin. Les tailles que l’on utilise le plus sont les tailles 4,5 et 6. Il est conseillé de s’équiper à la fois d’un jeu de longues clés et d’un autre de courtes clés. Avec celles-ci, vous pourrez forcer plus aisément pour retirer une vis qui oppose beaucoup de résistance.

Les deux démonte-pneus

Comme leur nom l’indique, les deux démonte-pneus sont des outils qui vont vous servir à démonter les pneus de votre vélo soit pour les changer ou pour tout autre besoin. Vous devez donc absolument avoir ces outils, de plus, ils ne sont pas chers.

Une pince multiprise

La pince multiprise est un outil qui permet saisir presque n’importe quoi. Cette pince a des extrémités dont l’écartement peut être réglé, ce qui lui permet de saisir avec fermeté des boulons et des pièces et les démonter sans peine.

Des tournevis

Pour ce qui est des tournevis, ceux qui sont recommandés ici sont les tournevis cruciformes. Ils serviront au réglage du dérailleur ainsi que des freins à étrier. Pour certains vélos, vous pouvez aussi faire usage des tournevis plats pour travailler notamment sur les disques de freins.

Le multi outil

Le multi outil est un instrument que vous ne devez jamais oublier lorsque vous prenez votre vélo. Il est facile à porter, puisque petit et léger. Son indispensabilité vient du fait qu’il rassemble tous les outils nécessaires pour le vélo. Vous pouvez trouver cet outil à tous les prix.

À présent que vous savez quels sont les outils indispensables pour entretenir votre vélo professionnel, passons à présent aux différents points d’entretien.        

La propreté

Le premier point que l’on note pour entretenir le vélo, c’est la propreté. Ce conseil peut sembler simple et même banal. Toutefois, la vérité est qu’il arrive à certains cyclistes de ne pas laver leur vélo en profondeur après une ou même deux sorties. Pour de nombreux mécaniciens de cet engin, le garder propre est l’une des tâches capitales pour ce qui est de son entretien.

Cette propreté doit surtout être assurée au niveau de la transmission. En effet, vous devez vous assurer au quotidien que la transmission n’est pas graissée. Pour retirer la graisse, on peut se servir d’un pinceau classique ayant une largeur de 5 centimètres, pour pouvoir toucher la totalité des maillons de la chaîne ainsi que les recoins du dérailleur. Par ailleurs, il faut aussi se servir d’un dégraisseur de chaîne. « Faire usage de produits spécifiques pour la propreté de votre vélo ne vous permettra pas seulement de le nettoyer au mieux, mais également de témoigner du respect à votre engin roulant. »

Utiliser le lubrifiant adéquat

Après avoir nettoyé votre vélo, vous devez vous assurer qu’il n’y a pas d’eau qui stagne dans ses recoins. Si c’est le cas, vous devez la retirer, car, elle pourrait favoriser l’installation de la rouille sur votre vélo. Pour essuyer cette eau, vous pouvez vous servir simplement d’un chiffon sec. à la fin de cet essuyage, rassurez-vous qu’il ne reste pas la moindre trace d’eau sur le vélo.

Par la suite vous devez alors lubrifier votre vélo. Cette étape est d’une importance capitale dans le processus d’entretien de l’engin, dans la mesure où, elle permet de rallonger au maximum la durée de vie des composants et permet par ailleurs à votre vélo de rouler avec plus de douceur, c’est-à-dire en faisant moins de bruit. Pour obtenir ces résultats, il faut veiller à utiliser le lubrifiant qui correspond aux conditions dans lesquelles vous roulez.

Si on roule dans des conditions humides, il faut s’assurer d’utiliser un lubrifiant humide. Lorsque viendra la pluie, ce lubrifiant restera fixé sur la transmission du vélo pendant beaucoup plus de temps. Il protégera ainsi votre machine contre la corrosion. Le hic avec ce lubrifiant, c’est qu’il amasse plus de saletés. Pour cette raison, il est recommandé aux cyclistes se servant de ce lubrifiant de procéder au nettoyage, au dégraissage et à la lubrification de leur vélo après chacune de leurs sorties. Moins adhérent que le lubrifiant humide, le lubrifiant sec durera moins longtemps. Il nécessite alors une application plus régulière.

Il faut noter qu’en dehors des huiles grasses et sèches, il y a la graisse comme autre type de lubrifiant. Ce lubrifiant est sous forme de pâte visqueuse et collante. Il en existe plusieurs types et chacun d’eux correspond à un usage particulier.

La graisse blanche ou noire

Ce lubrifiant est utilisé particulièrement sur les assemblages mécaniques. On peut citer le tube de selle, l’axe pédalier, la potence à plongeur, etc. il est recommandé de vérifier au moins une fois par an que ces assemblages sont graissés correctement. Si vous ne le faites pas, vous courez le risque d’être confronté à certaines difficultés liées par exemple au tube de selle qui peut se bloquer, les pédales qui peuvent se gripper, tout comme l’axe de pédalier et les pédales.

La graisse verte

Ce qui diffère cette graisse de la blanche/Noire, c’est son coefficient de friction et le fait qu’elle repousse l’eau. On l’emploie pour les roulements de roue, de direction, des galets dérailleurs et de pédales.

La graisse dorée

Cette graisse est enrichie au cuivre et elle est particulièrement utile pour le montage des pièces en titane.

La graisse rose

On s’en sert pour le montage des pièces en carbone. Ce lubrifiant contient de petits grains abrasifs qui permettent d’amoindrir la force de serrage qui est exercée sur les éléments fragiles.

La graisse transparente

Cette graisse n’a pas de lithium. Son usage est tourné vers les suspensions ainsi qu’aux pivots de suspensions.

Quelles parties lubrifier et comment le faire ?

Les câbles et les gaines

Ici, il faut mettre une goutte d’huile au niveau de l’entrée et de la sortie des gaines. Avec cette huile, les câbles glissent bien dans les gaines, ce qui apporte davantage de souplesse aux freins et au changement de vitesse. Cette opération protège également contre l’humidité.

Les blocages rapides

Mettre une goutte de l’huile grasse au niveau de la partie en plastique. De cette façon, vous aurez un couple de serrage plus important pour les roues du vélo ainsi que pour le tube de selle.

Les freins

Mettez l’huile ici sur le pivot des étriers de frein. Ceci leur assure un excellent coulissement ainsi qu’un meilleur retour. Pour éviter les bruits, on peut aussi mettre de l’huile sur le pivot de levier de frein.      

Les dérailleurs

À ce niveau, il faut mettre une goutte d’huile sur chacune des articulations du dérailleur aussi bien avant qu’arrière. Faites de même sur les ressorts. Ceci permet à la fois une meilleure souplesse de ses composants et une usure moins rapide.

La chaîne

Avant de lubrifier la chaîne de votre vélo, il faut s’assurer au préalable que celle-ci est propre. Faites attention à ne jamais lubrifier une chaîne sale. Le mélange entre l’huile et le cambouis est très dangereux pour la chaîne. Il faut donc nettoyer correctement la chaîne de votre vélo avant de la lubrifier.     

La vérification régulière des plaquettes de frein

Pouvoir marquer un arrêt en toute sécurité est fondamental dans le cyclisme. Pour cette raison, vous devez donc vous assurer que vos freins soient fonctionnels de façon permanente. Si on a des freins sur jante, il faut s’assurer qu’aucune pierre ne vienne perturber le système. Pour ce qui est des freins à disque, ils ne doivent pas être trop usés. Lorsque cela arrive, ils baissent fortement en efficacité, ce qui peut mettre le cycliste en danger.

Réviser les pneus avant chacune des sorties

Avant d’effectuer une sortie, vous devez procéder à l’inspection des pneus de votre vélo. Cette vérification vous permettra de détecter d’éventuelles anomalies et d’y remédier avant de faire votre course. Il peut arriver justement que les pneus de votre engin aient de petites coupures ; si elles ne sont pas détectées et traitées avant de sortir, vous pourriez faire face à de sérieux désagréments qui viendraient contrarier vos plans.

Vous devez donc vérifier vos pneus de manière régulière. Si vous apercevez la moindre coupure, il serait sage de la combler en vous servant d’un peu de colle. Si la coupure est trop importante pour être comblée à l’aide de la colle, il faut simplement changer de pneu.

Se servir d’une clé dynamométrique chaque semaine

Loin d’être l’outil d’entretien le moins cher que vous aurez à acheter pour entretenir votre vélo, la clé dynamométrique a cependant de multiples avantages qui ne vous feront pas regretter votre investissement. En effet, être en mesure de serrer complètement la visserie de votre engin au couple approprié vous permettra d’éviter plusieurs problèmes et par ricochet, rallongera de façon optimale la durée de vie des composants de votre vélo. Pour obtenir de tels résultats, de nombreux experts recommandent d’utiliser cette clé de serrage une fois par semaine. Il faut vérifier tous les boulons ainsi que les vis et assurez-vous qu’ils aient le bon couple.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here