Sport et bière : quels sont les mythes associés à ces pratiques ?

0
410

La bière est bien connue en tant que meilleure boisson pour agrémenter le moment de l’apéritif. Même si elle est appréciée des sportifs, il se peut que la bière ait un impact négatif sur l’organisme humain. Découvrez ici quelques mythes qui mettent en mal le réflexe sport et bière.

La bière contient des éléments de récupération

À la suite d’une activité intense, il vous faut récupérer. Vous devez en effet faire le plein de glycogène, de protéines. Ceci permet de renouveler les tissus musculaires ainsi que les minéraux. Éliminés le plus souvent avec votre sueur, ces derniers comprennent notamment le magnésium ou le potassium.

En effet, le composant principal de la bière est l’éthanol et les glucides. Cette boisson ne répond en aucun cas à vos besoins de récupération après une dépense d’énergie. Découvrez par ailleurs sur www.bbfoot.fr une activité pratique pour vos enfants.

La bière vous hydrate

La bière a tendance à augmenter la déshydratation de toute personne qui pratique une activité physique intense à l’instar du sport. Cela s’explique par le fait que la bière agit sous forme d’un diurétique. Le houblon intégré facilite le fonctionnement rénal. En parallèle, il provoque un besoin incessant d’uriner.

En général, le volume uriné dépasse le volume d’eau absorbé. En conséquence, on assiste à une déshydratation importante. En clair, le sport et la bière sont deux pratiques qu’il convient de différencier pour bénéficier d’une excellente hydratation au cours de l’effort.

La bière contient suffisamment de protéines

La bière est le plus souvent faite avec de l’orge maltée. Il s’agit d’une céréale dépourvue de protéine, mais essentiellement riche en glucides et minéraux. À savoir que la bière est différente de la levure de bière. Cette dernière est riche en protéine végétale. Elle est un indispensable dans le processus de fabrication de la bière. Cependant, la levure est retirée avant la mise en bouteille de la bière.

La bière représente une meilleure collation après l’entrainement

La consommation de la bière facilite le grignotage. L’alcool intégré engendre une hypoglycémie. Cette dernière est plus ou moins forte selon la quantité de bière absorbée. Ceci induit une sensation de faim. Il vous faudra ensuite grignoter les aliments qui ne permettent pas une bonne récupération pour pouvoir compenser cette baisse de glucides.

Il est donc conseillé de boire de bière de manière occasionnelle. Sur www.machineapression.beer, apprenez davantage. Privilégiez l’eau avant, pendant et après votre entrainement.

La bière est moins calorique que d’autres alcools

Ce mythe est à la fois vrai et faux. En effet, une bière brune ne possède pas la même quantité de calories qu’une bière blonde. Le degré d’alcool participe à cette variation. Pour 100 ml de bière brune, on note 35,5 kcal lorsque 100 ml de vin rouge (ayant 9 ° d’alcool) donne 53 kcal. Dans ce sens, 100 ml de bière forte de plus de 11 ° dispose de 62 kcal.

La bière lutte contre les crampes

Il est clair que le sport et la bière sont deux pratiques distinctes. La bière ne favorise pas l’élimination de l’acide lactique fabriqué par vos muscles après un effort. Cet acide est à la base des crampes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here